2012

Pierre Leguillon, Dubuffet typographe
Niek van de Steeg, La Maison de la Matière Première – Dessins
Samuel Richardot
Enquête sur le / notre dehors d’Alejandra Riera
Sarah Duby, Dispersion, diffusion, absorption
Maurizio Cilli,
refiguration drômoise

_________________________________________________________________________

Pierre Leguillon, Dubuffet typographe

exposition | 30.11.2012 – 19.01.2013 |
mercredi au samedi de 14 h à 19 h | entrée libre |

Intitulée « Dubuffet typographe », cette nouvelle exposition s’inscrit à la suite de différents projets de Pierre Leguillon qui, depuis une quinzaine d’années, « réactive »  des oeuvres majeures de l’art du XXe siècle qu’il juge paralysées dans les carcans de l’histoire : « la Barre de bois rond » d’André Caderé (depuis 1996), « la Roue de bicyclette » de Marcel Duchamp qu’il fait tourner dans les musées (depuis 1999), ou plus récemment le « Triangle bleu » de Blinky Palermo qu’il peint à la demande au dessus des portes (depuis 2009), sa  » Rétrospective imprimée » de Diane Arbus (depuis 2008), ou encore les « Non-Happening after Ad Reinhardt » à partir des diapositives du peintre américain (depuis 2011).
A partir de nombreuses photos prises dans différentes archives privées et publiques (notamment la Fondation Dubuffet à Paris, la Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou, l’IMEC à Caen), Pierre Leguillon propose autant de « recadrages » dans l’ oeuvre de Jean Dubuffet (1901 – 1985) et au sein de ses ephemeras : invitations, affiches, catalogues, livres d’artistes, tracts, logotypes, billets de spectacles, pochettes de disques ou correspondance.
Lire la suite

Dubuffet typographe – film et documentation 

Pierre Leguillon est né en 1969. Il vit et travaille à Bruxelles.
Il est représenté par Motive Gallery, Amsterdam. 


_________________________________________________________________________

 

Niek van de Steeg, La Maison de la Matière Première – Dessins

exposition | 11.10 – 17.11.2012 | mercredi au samedi de 14 h à 19 h | entrée libre
Présentation des tirages de tête de la publication « la Maison de la Matière Première », Captures éditions en partenariat avec le Centre d’art d’Albi.


Vues de l’exposition  – Dessins – Sans titre, 2012, coton écru, 112 x 148 cm; Sans titre, 2012,  coton écru, 88 x 69 cm ; Sans titre, 2012,  coton écru, 96 x 74 cm, impressions sur porcelaine en noir et blanc ; 18 dessins de La Maison de la Matière Première, techniques mixtes, 50 x 35 cm; Yellowcake & Runningmatter, 2011 (vidéo, son, 12 mn), Avec le soutien du Centre d’art Le Lait à Albi et le Fonds National d’Arts Graphiques et Plastiques, Paris – Photos Thierry Chassepoux

 

Depuis le début des années 1990, Niek van de Steeg développe des formes comme des fragments du réel qui sont à la base de la construction qui s’incarne à chaque fois dans l’exposition, centre de son processus créatif. Après Le Pavillon à vent, la T.G.A.D. et ses différents développements, c’est la maison de la matière première qui sert à l’artiste à interroger le principe de réalité, celui de l’exploitation et de ses réseaux. Que se passe-t-il avant que la matière première arrive, après différentes transformations, sur le marché ? Après le café, Niek van de Steeg s’intéresse à l’amiante et à l’uranium. Comment l’homme sculpte-t-il le territoire pour prélever ces matières premières ? De cette exploitation naissent des paysages emblématiques de la  création humaine. Alors l’artiste y déroule le fil d’une histoire qui emprunte des chemins fragmentés de ce que les documents nous apprennent ; du début de l’exploitation jusqu’à la phase actuelle et son devenir. Il utilise le gros plan, les éléments constructifs, la vue d’ensemble, les articles de presse, le portrait, pour imaginer et construire une structure qu’il lui sert de fil rouge. Cette structure en bois, le socle et fondation de la MMP, devient dans ses dessins un ensemble composé d’éléments, à la façon d’un puzzle. On y reconnaît de nombreuses figures, des figures de l’histoire, de la sculpture, de la peinture. La matière première s’enrichit de tous les points de vue que Niek van de Steeg met en scène dans un montage vertigineux.

Lise Guéhenneux

 

Tirages de tête de la publication « la Maison de la Matière Première », Niek van de Steeg, Captures éditions en partenariat avec le Centre d’Art Le Lait à Albi.
Niek van de Steeg est né en 1961 aux Pays-Bas. Il vit et travaille à Lyon.
http://www.niekvandesteeg.net 


_________________________________________________________________________

Samuel Richardot

exposition du 11 mai au 28 juillet 201

Vue de l’exposition (de gauche à droite) : Sans titre, 2011, acrylique sur toile, 46 x 55 cm Sans titre, 2012, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique et huile sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2012, acrylique et huile sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2012, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique et huile sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2012, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2012, acrylique et huile sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2012, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2012, acrylique et huile sur toile, 46 x 55 cm; Sans titre, 2011, acrylique sur toile, 46 x 55 cm  – photos : Thierry Chassepoux

Les peintures de Samuel Richardot s’éloignent au fil des années de l’aspect figuratif de ses premières créations. Les figures reconnaissables telles que des plantes ou des objets, laissent place à des formes « en creux » ou « par défaut ». Le procédé le plus caractéristique de ses dernières toiles est de répandre de la peinture fortement diluée sur une zone bien délimitée (par un système de « pochoir ») d’une toile posée à plat. Cette technique crée un contraste fort entre la disposition aléatoire de la peinture que renforce le processus de séchage et le contour géométrique dans lequel elle s’inscrit. Les éléments nous donnent l’impression d’avoir été découpés dans une autre toile et agencés avec des fragments similaires.
lire la suite du texte de Théodora Domenech

Samuel Richardot est né en 1982 à Aurillac. Vit et travaille entre Paris et l’Auvergne.
Il est représenté par la galerie BaliceHertling, Paris


_________________________________________________________________________
Lancement les 4 et 5 mai : Enquête sur le | notre dehors d’Alejandra Riera

Présentation du film-document et de la publication – recherche initiée en 2007 avec les habitant(e)s du quartier de Fontbarlettes.

______________________________________________________________________

Sarah Duby, Dispersion, diffusion, absorption

exposition du 2 mars au 14 avril 2012 Pour peu que l’on survole la production de Sarah Duby, la nouvelle série exposée à art 3 marque un tournant avec ce qui fut montré auparavant : des paysages aériens, des portraits d’oiseaux en vol, des photographies de montagnes, des tirages noir et blanc ou en couleur, grands formats ou non. Et d’autres suites, plus formelles, où la matière première de la photographie, la lumière, est expérimentée, analysée dans une tentative de compréhension de son impact sur la perception.
Ce bref résumé des années d’avant, au regard des images ici accrochées, semble affirmer une dispersion tant l’hétérogénéité paraît prévaloir dans toute l’œuvre de Sarah Duby. Celle-ci écrit : « En parlant de ses poèmes, Emily Dickinson disait « my business is circumference ». Ce qui se construit dans mon travail suit cette idée d’aller d’élément en élément en élargissant petit à petit le cercle de visibilité. Chaque image amène à se replacer et à repenser les éléments qui la fondent ». lire la suite

Vue de l’exposition Dispersion, diffusion, absorption, série de 7 tirages jet d’encre sur papier Hahnemuhle 95 x 130 cm chaque /Vue de l’exposition  – Sans titre, 2012 tirages argentiques, 76,5 x 124 cm chaque photo © Sarah Duby / Hanabi, 2012 série de 10 tirages argentiques 17.5 X 24 cm chaque © Sarah Duby

Sarah Duby est née en 1984 à Mâcon. Elle vit et travaille à Paris.

_________________________________________________________________________

Maurizio Cilli, refiguration drômoise

exposition du 11 février au 15 avril 2012
Au Musée International de la Chaussure à Romans
ouverture du musée : du mardi au samedi, de 10h à 17h, dimanche et jours fériés, de 14h30 à 18h. fermé le lundi.

refiguration drômoise © Maurizio Cilli, éd. art3, 2012 graphisme : Jocelyne Fracheboud et Nadia Campagnola Le projet refiguration drômoise réalisé dans le cadre du programme international de résidences soutenu par la région Rhône-Alpes et le Piémont  permet de développer des propositions artistiques liées à des questions de territoire à l’échelle de la région Rhône-Alpes. L’exposition vient au terme de la résidence de recherche et de production débutée fin 2008 par Maurizio Cilli  qu’il a orientée dans la Drôme des Collines en étudiant particulièrement le Palais Idéal du facteur Cheval à Hauterives. Les différents séjours qui ont eu lieu depuis février 2009, lui ont permis de préciser sa recherche qui aboutit à une restitution pensée pour l’espace du Musée de Romans. lire la suite Avec le soutien de la région Rhône-Alpes, du Département de la Drôme (aide à la création), de la Fondation CRT. En partenariat avec a.titolo.
oracle
horloge à eau

refiguration_dromoise

Vue de l’exposition refiguration drômoise de gauche à droite /réécrire le Palais Idéal 1- les pages de réécrire le Palais Idéal, 2009 – 2011 (collages, crayon et impression jet d’encre sur carton, 285,7 cm x 200 cm) 2.réécrire le Palais Idéal – Assemblage de 45 images (collage, impression jet d’encre 285,7 x 200 cm), cahier de travail, 2009 – 2011 (fait main, exemplaire unique, 21 cm x 29,7 cm) 3. Installation d’un Serveur Bluetooth dans le jardin du Palais Idéal à Hauterives, 2009 -2011 (matériaux du projet) 4. réécrire le Palais Idéal, n° 9 – collection du cpa, 2011 (Cartes postales, verre et lentilles, 300 cm x 30 cm). photo art 3 © Maurizio Cilli et art 3
5.iconographie valentinoise # 1, 2010 – 2011 (n° 10 assemblage de cartes postales, 410,3 cm x 218,3 cm)
photo Maurizio Cilli © Maurizio Cilli et art 3
6. réécrire le Palais Idéal – oracle, 2010 – 2011 (Boite fait main en 4 exemplaires, 33 cm. x 33 cm).
photo Maurizio Cilli © Maurizio Cilli et art 3
7.horloge à eau pour la Drôme des collines, 2009 – 2011 (cahier de travail fait main, collages, dessins et maquette, exemplaire unique, dimensions variables) photo art 3 © Maurizio Cilli et art 3 /détails photos Maurizio Cilli 8.9. Vue de l’exposition refiguration drômoise photo art 3 © Maurizio Cilli et art 3
10.
refiguration drômoise – cabinet de consultation, 2009 – 2011 (collections bibliographiques et iconographiques, objets et matériaux de travail, dimensions variables)
11.atlante dell’euroregione Alpi Mediterraneo, 2009 – 2012 (carte brodée à la main sur lino,  200 cm x 200 cm)
photo art 3 © Maurizio Cilli et art 3 / détails photos Maurizio Cilli

Cette entrée a été publiée dans Archives des expositions, exposition 2012. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.