dector & dupuy mosaïq

23.03 – 05.04
du mercredi au samedi de 14h à 18h.
Avec le soutien du département de la Drôme « résidence et création 2018 ».

A l’invitation d’art3, nous assurons la programmation de ce début d’année.
A la suite de premiers repérages, nous allons d’abord présenter à partir du 22 mars mosaïq, une pièce murale, sorte de négatif de la dégradation d’une décoration en mosaïque du boulevard du Général de Gaulle.
Nous avons également souhaité ouvrir notre duo à plusieurs formes de collaborations :
– lors du finissage de l’exposition, un concert présentera une composition musicale utilisant l’installation comme une partition,
– des envois réguliers d’images assureront une présence continue et susciteront des réactions sous forme de textes ou de photos,
– deux artistes ont été invités à envisager ensuite une collaboration avec nous,
– d’autres relations enfin seront tissées avec une enseignante et des étudiants de l’Esad de  Valence, avec un professeur de philosophie, etc…

L’exposition mosaïq.
L’eau manque en Afrique
Les hirondelles ne boivent pas assez pour traverser le Sahara.
Celles qui arrivent ne peuvent plus se nourrir à cause des insecticides.
Il n’y a plus d’hirondelles.
Il n’y a plus qu’une trame :
un espace vide avec quelques carreaux de mosaïque manquants
Ce n’est pas une restauration qui retiendrait le temps
C’est l’enregistrement d’un état transitoire
l’absence de pérennité
C’est un constat en forme de fac-similé inversé.

dector & dupuy, mosaïq, art3, 2018. Photos Thierry Chassepoux.

Cette entrée a été publiée dans Archives des expositions, expositions 2018. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.