Adelaïde Feriot

Carbone
Jusqu’au 17 juillet.

du mercredi au vendredi de 14h à 18h.
Entrée libre. Avec le soutien au projet du Département de la Drôme.

 

Est-il possible aujourd’hui de capturer la beauté du vivant sans aborder l’impact des comportements humains sur elle ?
Adélaïde Feriot choisit d’aborder cette question en accordant une place centrale au corps, afin de retranscrire son potentiel sensible d’observation. Elle livre ainsi par son travail des environnements capturés, réminiscences d’expériences vécues et partagées collectivement.
Pour son exposition à art3, l’artiste propose une installation – Carbone – dressant le portrait symbolique d’un paysage que les flammes auraient entamé.
La porte franchie, un panorama brumeux dévoile une nature figée dans le temps.
Pris par le feu, les vestiges poudrés d’un chêne majestueux couvrent les murs.Des éléments naturels, fondus dans un matériau natif, le plomb, structurent l’espace, comme des corps emprisonnés sous les cendres. Chardons et roses trémières se déploient sur les murs, plantes sauvages à la propagation difficilement encerclable par l’homme, ici maintenues par des fils de plastique aux couleurs
fluo. Suspendues au plafond, deux pairs de mains soutiennent des rameaux de laurier. D’apparence immuable, les sculptures s’équilibrent pourtant grâce à un subtil jeu de répartition des forces qui les empêchent de ployer sous leur propre poids.
L’installation construit une évocation poétique d’une nature asphyxiée, et maintient une tension effective et ambivalente à la toxicité. Celle des composants nocifs pour l’homme – la poudre de charbon inhalée, le plomb touché – et celle des matériaux de consommation nuisibles pour la nature – les fils de plastique fluo, mimant la stratégie des plantes grimpantes, s’entremêlent et se propagent. Illustrant la résilience humaine face à cette distension, un chant polyphonique s’élève, qui vient charger Carbone de ses vibrations. Les voix de Fanny Ansel et Céline Peran se mêlent, recherche d’une balance entre essoufflement et persistance, soulevant subtilement la contradiction entre un milieu naturel consommé, consumé, et la manière dont l’homme y insuffle une nouvelle vie.
Sarah Mercadante


Carbone, 2020. Poudre de charbon de chêne. Avec l’aide de Lucy Da Silva.
Saudade, 2019. Plomb, coton, Polychlorure de Vinyle, charbon. Avec l’aide de Eric Feriot. Production Palais de Tokyo.
Laurier, 2019. Plomb, coton, mûres, sureaux, millepertuis, bleu de méthylène, charbon. Avec l’aide de Eric Feriot et Mathilde Chassaigne. Production Palais de Tokyo
Photo Phoebé Meyer

Brune, 2019. Chant polyphonique. Composition musicale Fanny Ansel.
Interprétation Fanny Ansel et Céline Peran. Costumes Pierre Antoine Vettorello.


Laurier, 2019. Plomb, coton, mûres, sureaux, millepertuis, bleu de méthylène, charbon. Avec l’aide de Eric Feriot et Mathilde Chassaigne. Production Palais de Tokyo. Photos Phoebé Meyer.

Adélaïde Feriot est née en 1985 à Libourne. Elle vit et travaille à Paris. Elle a été formée à l’ENSAAMA Olivier de Serres et à l’école nationale supérieure des Beaux-arts de Lyon.
Expositions personnelles
2018
 Eclipsi, Homesession, LOOP Barcelona Festival, Barcelona (ES).
2017
 Parle-leur, Adélaïde Feriot – Lena Hilton, Galerie Samy Abraham, Paris (FR).
2015
 Eternelle jeunesse / Insulaire / Insulaire / Collerette / Insulaire / L’étang / Sans bruit, parfois avec fracas / Le belvédère / L’hésitation / L’observatrice, La vitrine, Antenne du FRAC Ile-de-France, Paris (FR).
2014
Eternelle jeunesse, IAC Galeries Nomades, Angle art contemporain, St Paul les trois châteaux (FR).
2013
 Sans bruit, parfois avec fracas, ArtImage, La chapelle du Carmel, Chalon-sur-Saône (FR).
2012
Le souffleur, Galerie Marine Veilleux, Paris (FR).
Expositions collectives (sélection)
2019
 SOME OF US – an overview on French Art Scene, NordArt Kunstwerk Carlshütte, Büdelsdorf, (DE). Curators : Jérôme Cotinet-Alphaize et Marianne Derrien.
Recuerda el fuego de agosto, Fabra I coat, Barcelona (ES). Curators : Sant Andreu Contemporani.
RATHER THAN MÁS BIEN QUE EN LLOC DE, La Virreina Centre del Imatge, Barcelona (ES). Curators : BarProject.
2018 
PEGA, Homesession, Barcelona (ES).
L’invitation aux Musées, CND Pantin, Le Magasin des horizons, Grenoble (FR). Curator : Béatrice Josse.
Les écriture bougées, DOC, Paris (FR). Curator : Aziyadé Baudouin Talec.
Le soleil se lèvera demain, Wonder Liebert, Bagnolet (FR). Curator : Marianne Derrien.
Sculpter (faire à l’atelier), FRAC Bretagne, Rennes (FR).
SHELVES, HANGERS, DESKS, Le coeur, Paris (FR). Curator : Lia Rochas-Paris.
Formes d’histoires, Les tanneries, Amilly (FR).
2017
 PATTERN, Maison des arts de Laval, Québec (CA). Curator : Chloé Grondeau.
Empreintes Mouvantes, IAC hors les murs, Maison des Arts de Aime-la-Plagne (FR).
Initiales/La revue – Pierre Klossowsky, avril 2017.
Ese algo que está a medio camino entre el color de mi atmósfera típica y la punta de mi realidad – Tabacalera, Madrid (ES). Curator Juan Canela & Stefanie Hessler.
ARCO Madrid (ES) – Opening – Galerie Samy Abraham.
RDV 2017 – CAFA Art Muséum, Pékin (RPC).

Ce contenu a été publié dans Archives des expositions, exposition-2020. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.