LYCEES

Intitulé du projet : hybridation

art3 a sollicité le Lycée agricole du Valentin pour initier une collaboration avec l’artiste Laurent Pernel. Suite aux premiers échanges et une visite dans le Lycée, Laurent Pernel a orienté son intervention autour de la notion d’hybridation (voir la note jointe à ce document).

Partenaires du projet :
art3 Valence
Contact : Sylvie Vojik, directrice
art3 propose une programmation qui favorise la diversité de la création actuelle et différents régimes de productions : expositions, éditions, projets liés à des problématiques de territoires. art3 soutient la jeune création en coordonnant un programme de résidences destiné à des artistes issus de la région Rhône-Alpes et en s’appuyant sur un réseau de structures à l’étranger : Institut français de Stuttgart, Optica, un centre d’art à Montréal, Homesession, Barcelone et a-titolo, association située à Turin.

Lycée agricole de Valentin, Bourg-lès-Valence
Contact : Muriel Thorens
Le Lycée agricole du Valentin possède une galerie d’exposition, Pôle Sud (depuis 1992), et accueille régulièrement des artistes contemporains locaux ou régionaux et ouvre au public local. C’est également un lycée où les équipes montrent de l’implication et de la réactivité dans la vie
culturelle locale (recevoir et proposer des actions culturelles). Le choix artistique depuis quelques années est de favoriser les projets collectifs et interdisciplinaires, de façon à associer au maximum la communauté de l’établissement, des élèves au personnel (préalable du projet d’animation et développement culturel de l’établissement en coursd’écriture).
Nous travaillons régulièrement avec les partenaires culturels locaux (Musée de Valence, Lux, etc), et souhaitons engager une collaboration avec art3.
Ce projet d’exposition est une occasion d’ouvrir l’établissement sur l’extérieur et d’accueillir de visiteurs qui découvrent le site et ses activités qui inscrivent l’agriculture, au sens large, dans les outils de communication et les préoccupations d’aujourd’hui.

Artiste invité : Laurent Pernel
Laurent Pernel, plasticien basé à Lyon, utilise de nombreux médiums, qu’il décline au gré des projets et des objectifs. Son propos reste cependant du côté «des failles dans le réel où se glisse l’imaginaire», dans des moments ou des petits événements anodins créent un léger décalage dans la
réalité du lieu qu’il investit. C’est aussi l’aboutissement de la recherche d’un lieu commun dans l’histoire vivante du lieu, avec les personnes impliquées dans le projet (les étudiants, des personnels). L’histoire du lieu peut aussi croiser l’histoire plus vaste ou les préoccupations, notamment citoyennes, d’aujourd’hui.

Public bénéficiaire : 26 élèves BTS agricole Agronomie Production Végétale

Calendrier
Date de début de projet : 12/11/2015
Date prévisionnelle de fin de projet : 22/04/2016

Présentation du projet

Les objectifs sont pour les étudiants :
– Découvrir un monde créatif, une pratique artistique et un quotidien de l’artiste (recherche, travail, exposition) . Opérer une rencontre entre deux mondes, celui de l’artiste et celui des étudiants et élèves ; créer une démarche de communication pour valoriser l’exposition de l’artiste.
– Pratiquer avec l’artiste, en suivant sa démarche pour la comprendre. Construire ensemble les moyens de montrer les productions des étudiants.
Prendre du temps créatif.
– Pouvoir faire la « promotion » de l’expo de l’artiste et des étudiants vers l’extérieur de l’établissement, et aussi à l’intérieur (mise en place d’une stratégie de communication et des supports par les étudiants).
Tout au long du projet, art3 suivra les différentes étapes pour la restitution en fin de résidence.

art3 supervisera également l’édition produite dans le cadre de cette collaboration. Un temps de valorisation aura lieu à art3 en mars.
Les étudiants seront accueillis à art3 au rythme des changements d’expositions.
Sylvie Vojik (art3) présente la structure, son fonctionnement.

Les ateliers se dérouleront à raison de 4 heures par semaine puis d’une journée et demie (de la semaine 3 à la semaine 9), pour ouvrir et montrer le travail sur la première semaine de mars.

Les étudiants seront acteurs à plusieurs niveaux complémentaires :
– d’abord dans la phase de réflexion et de création avec l’artiste (ateliers).
– puis ils seront aussi les acteurs de la valorisation et de la diffusion des informations sur l’exposition. Ils auront à imaginer une stratégie de communication pour valoriser leur travail (à l’intérieur et à l’extérieur) et enfin faire venir des visiteurs à l’exposition. Suivi par l’enseignante, ils sont autonomes pour les prises de contact, la création des supports visuels et écrits (Module communication M22 du BTSA).
La rencontre avec un artiste n’est jamais anodine, elle permet de découvrir un autre univers et d’en nourrir ses représentations du monde.
Au-delà de l’aspect humain (co-construction du projet artistique) les étudiants auront acquis des notions de base sur la communication visuelle, «événementielle» et élaboré un stratégie adaptée. Ils seront à même de le réinvestir l’année scolaire suivante dans le cadre d’un projet de petit groupe (Projet Initiative et Communication).
. Dans le cadre des ateliers avec l’artiste : présentation du travail des élèves et de l’artiste dans un moment prévu pour les personnels (CAFE’XPO)
. Dans le cadre de la démarche de communication : affiche, flyer, etc., documents diffusés dans la ville.
. Actualité sur le site de l’établissement du Valentin, article presse, site d’art3
. Présence de l’exposition aux Journées portes-ouvertes (mi-mars)

Présentation des intentions de Laurent Pernel

Dans le cadre du projet d’intervention au lycée Agricole du Valentin, je propose de travailler sur la notion d’hybridation.

L’hybridation permet un regard transversal sur différentes pratiques.
En effet, c’est une action pouvant s’appliquer à la génétique, à la biologie, la littérature, l’architecture et tout autres formes artistiques.

Assimiler – Métisser – Rassembler – Croiser – Marier

La transformation du corps, le croisement des espèces,  le métissage des cultures, sont au cœur du travail de bon nombres d’artistes. Un artiste ne travaille pas hors-sol, c’est au contact des autres que le travail prend forme et se transforme. Rencontrer une communauté, une classe, un artisan, une société, c’est à chaque fois une tentative. Une greffe

Mon intention sera donc de partir d’une notion inhérente au domaine professionnel des étudiants pour amener notre travail sur un champ d’action qui pourrait sortir de ce cadre.

Articulation du projet

La première rencontre sera l’occasion de présenter mon travail ainsi que de définir ensemble cette notion d’hybridation.

Afin d’introduire cette réflexion j’en profiterai pour faire voir des travaux d’autres artistes afin de montrer comment cette notion traverse leur travail.

Art orienté objet – Michel Blazy, Orlan, Mathew Barney, Archigram, Alain Bublex, Jack & Dino Chapman. Il ne s’agit pas de faire une liste exhaustive d’artistes, mais de faire découvrir des expériences singulières.

Afin de donner un cadre de travail commun, nous réfléchirons à la réalisation d’une édition. Il me semble que donner dès le départ une forme au projet concentre directement le propos sur une notion très claire. A l’intérieure de cette contrainte formelle il y a toute la liberté possible avec les exigences liées à l’édition.

L’édition permet aussi d’aborder la question de sa distribution, (comment ? par qui ? collée si c’est une affiche) et de sortir du lycée, afin de ne pas être uniquement dans un entre soi.

La situation du lycée par rapport à Valence est très intéressante. Une poche végétale qui voisine avec une ville d’une belle taille. Je propose de faire une ballade urbaine afin de collecter des images, et les mauvaises herbe. Chacun travaillera avec son smartphone.
Entre la 1ère séance et la 2ème, les élèves réfléchiront au parcours en tenant compte de l’idée de faille végétale

Les commentaires sont fermés.